Premier des huit conseils du grand référent religieux Al-Sayed Al-Sistani (qu'Allah le garde) aux jeunes croyant(e)s.

927 2016-02-25

Un groupe universitaire de jeunes gens, engagés dans le domaine social, a rendu visite au grand référent Al-Sistani  pour prendre quelques conseils utiles à l'amélioration de leur rôle et de l'exercice de leur devoir afin de construire une société basée sur des principes moraux et philanthropiques.

Le grand référent a répondu comme suit:

Au nom d'Allah le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

Louange à Allah, le Créateur des mondes et que la Salutation soit sur Mohammed et sa Famille Immaculée.

 As-salâmu 'alaykum wa rahmat-ullâhi wa barakâtuhu (que la Paix soit sur vous, ainsi que la miséricorde  d'Allah et Sa bénédiction)

Ci- après, je vous conseille, mes chers -je suis tellement préoccupé de vous comme préoccupé de moi-même et de ma famille- de suivre huit conseils qui vous rendront heureux dans la vie présente et ainsi dans l\'Au-delà. Ils résument l'essence des messages divins adressés aux créatures et le prêche que les sages et les bons humains s'appliquent. Ma science et mes expérimentations y ont également abouti.

 

Le premier conseil

Cramponnez-vous à la forte croyance en Allah et en l\'Au-delà. Il ne faut pas perdre cette croyance quelle que soit la situation par laquelle vous passez. Les grandes épreuves l'indiquent et la Voie droite la décide. Chaque créature dans ce monde, si l'humain sonde ses profondeurs, voit en elle la magnificence d'un Créateur Tout-Puissant. Les messages divins se poursuivent à travers Ses prophètes pour en faire le Rappel. Allah, glorifié soit-Il, a montré dans ces messages que la vérité de la vie, comme IL l'a façonnée, est un domaine où Ses serviteurs sont mis à l'épreuve pour voir celui qui agit le mieux.

Alors, celui qui perd la connaissance de l'existence d'Allah et de l'Au-delà, perd le sens de la vie, ses perspectives, sa fin, et va avoir une progression assombrie. Que chacun de vous garde bien cette croyance, en la rendant la plus chère parmi ses affaires ainsi que la plus importante. Il devrait s'efforcer d'augmenter cette croyance en la traitant comme présente chez lui, l'observant avec une conscience  forte.

Quand l'homme en pleine santé ressent, dans un moment quelconque, que sa croyance religieuse s'affaiblit, comme par exemple, ne pas avoir la volonté d'accomplir une salat ou bien un désir qui le capture, il ne devrait pas rompre définitivement son attachement au Tout-Puissant, car y revenir sera difficile. Que l'homme sache que s'il néglige l'Ordre divin dans les cas où il se sent fort, il revient à Allah dans les cas de faiblesse et d'impuissance comme nécessiteux et qu'il comprenne que sa force ne dure pas mais que les étapes de la faiblesse, de la maladie et de la vieillesse, qu'il vivra dans le futur des jours,  se succèdent.

Que l'homme ne glisse pas vers le doute aux principes établis afin de légitimer sa conduite et son action pour suivre son scepticisme, il manque de patience dans la quête de vérité.

Qu'il ne s'appuie pas sur des idées immatures ni qu'il ne soit mécontent quand il voit des personnes exploiter la religion pour des intérêts personnels, on ne mesure pas la vérité aux hommes mais c'est la vérité qui est évaluée par les hommes.

 

À suivre  

Commentaires
Changer le code
les commentaires de facebook