Qui est l'Imam al-Hossein (as) ?

768 2016-11-05

 

»Je ne me rendrai jamais à vous comme un soumis, ni jamais ne me résignerai en esclave!»

 

 

L'écho de ce cri de refus et de défi qu'a lancé l'Imam al-Hossein (as), à la face de la puissance déviationniste omeyyade avant de tomber en martyr, retentit encore dans la vallée de Tûfûf(1), comme il a toujours retenti dans les oreilles de toutes les générations qui se sont succédées depuis son assassinat. Il n'a cessé d'agiter toutes les phases de l'histoire, comme un tourbillon qui moissonne les tyrans, ou un volcan qui fait trembler les trônes des injustes, en réveillant toutes les consciences libres et en galvanisant l'esprit révolutionnaire et de jihad missionnaire chaque fois que la déviation et les forces du mal poussent à l'excès leur arrogance.

Depuis son martyre, des millions et des millions de Musulmans se sont rendus à sa tombe pour se rappeler que la sauvegarde du Message et de la Sounna (la Tradition du Prophète (sawa)) exige parfois le sacrifice de soi, même si l'on a toutes les possibilités de l'éviter.

Aujourd'hui, cette tombe, transformée au fil des siècles en un site imposant de merveilles, dressant ses dômes et ses minarets dorés au centre de Karbalâ (ville située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Bagdad) témoigne par sa splendeur de l'attachement profond et inébranlable des générations successives de Musulmans à cette personnalité islamique hors du commun, par le sens qu'il a su donner à son combat pour préserver l'Islam d'une déviation imminente.

Au fil des siècles des écoles littéraires spécifiques se sont créées pour dépeindre les tableaux épiques du martyre d'al-Hossein (as), et des milliers de littérateurs et des poètes ont consacré leurs plumes et leurs talents à l'évocation et à la description de sa tragédie, de son héroïsme et des moindres détails de sa noble vie.

 

Aujourd'hui, on ne compte plus le nombre de révoltes, de soulèvements et de révolutions qui ont éclaté en ayant pour moteur et agent galvaniseur, la mémoire de la Révolution de l'Imam al-Hossein (as), l'exemple de son sacrifice, de sa foi, et de ses principes.

Quel est donc ce personnage qui a tant marqué l'histoire et les coeurs des musulmans, en général, et des adeptes des "Ahl-ul-Bayt (as)"(2) en particulier? Pourquoi, des Musulmans légitimistes qui se disent avant tout attachés au Coran et à la Sounna du Prophète (sawa) prennent-ils pour symbole de cet attachement, la personnalité et l'action de cette figure de proue de la légitimité en Islam, al-Hossein (as), petit-fils du Prophète (sawa)?

 

 

1- Son appartenance familiale

 

L’Imam al-Hossein (as) est le fils de l'Imam 'Ali Ibn Abi Tâlib (as), cousin et gendre du Prophète (sawa), et de la Dame Fatima az-Zahrâ (sa), fille chérie du Prophète Mohammad (sawa) et de la Dame Khadîja al-Kobrâ (as).

Il est le troisième Imam des Musulmans légitimistes (les Chiites Imamites), après son père, l'Imam Ali Ibn Abi Tâlib (as) (le 1er Imam, et 4ème successeur officiel du Prophète (sawa)), et son frère l'Imam al-Hassan (as) (2ème Imam).

L’Imam al-Hossein (as) est né à Médine, le 25 Cha'bân de l'an 4 de l'Hégire(3). La Famille du Prophète (as) l'a accueilli à sa naissance avec amour et tendresse, et c'est le Messager de Dieu (sawa), lui-même, qui lui donna le nom d'al-Hossein (as) (4).

L’Imam al-Hossein (as) fut élevé et grandi dans le giron du Prophète (sawa), de l'Imam 'Ali (as) et de Fâtima az-Zahrâ (sa).

Il (as) fut donc nourri de la morale prophétique et élevé selon les principes du Message islamique, les principes du Bon Droit, de la justice et de la dignité.

 

1  - Un surnom de la ville de Karbalâ, qui était à l'origine le lieu du martyr de l'Imam al-Hossein (as), et actuellement la ville de son sépulcre et de ceux de ses compagnons. Elle est située à 170 Km au sud-ouest de Baghdad.

 

2  - La Famille du Prophète (as)

 

3 - Al-Cheikh al-Mofid, "Al-Irchâd", p. 198

 

4 - Selon certaines sources historiques, Fâtima az-Zahrâ (sa) mit l’Imam al-Hossein (as) au monde après six mois de grossesse seulement.

Voir à cet égard: Mohib al-Dîn al-Tabari (mort en 694 H.), "Thakhâ'ir al-'Oqbâ", p. 118.

 

(Référence: L'Imam al-Hossein (as) et le Jour de Achourâ; Compilé et traduit en français par Abbas Ahmad al-Bostani, (La Cité du Savoir) C.P. 712, Succ. (B) Montréal, Qc., H3B 3K3 Canada)

Commentaires
Changer le code
les commentaires de facebook